Gaerea - Interview and Review

b2ap3_large_SOM556-Gaerea-Limbo-1000x1000px-72dpi-RGB

English interview Below.

Je vous propose de découvrir l'interview que j'ai réalisé avec le guitariste fondateur du groupe Gaerea. Leur prochain album Limbo, sera disponible le 24 juillet. 

Concernant Limbo, il propose 6 titres pour une durée totale de 51 minutes environ. A ce jour, seul l'excellent titre Null est disponible. J'ai cependant eu la chance de découvrir le futur album dans son intégralité. C'est un disque cohérent dans son ensemble, qui ouvre sur Ain, un morceau de plus de 11 minutes d'une complainte écorchée sur fond de rythmique black metal très très solide. La voix, agressif et absolument pas typé black metal "classique", vient vociférer les paroles avec une émotion et une rage rapidement palpable. Ce titre résume l'ensemble du disque, une rythmique ultra solide et clairement black metal associée à une ambiance de colère, tristesse, rage, apportée par la voix mais aussi par les guitares. En effet, pendant qu'une guitare assure la rythmique et le riff principale, une seconde vient apporter les mélodies teintées de tous les sentiments cités ci-dessus. On ne sent absolument pas les quelques 11 minutes de ce premier disque tellement le morceau est habilement monté. La pause à 6 minutes vous laisse le temps de reprendre vos émotions avant que le chant criée au loin ne reviennent vous hanter. Les 3 dernières minutes vous rappelleront que Gaerea fait bien dans le black voire post black. 

Une fois ce premier titre terminé, le groupe à eu la très bonne idée d'enchainer avec Null, clairement mon morceau préféré de l'album. Un titre dans lequel Gaerea reprend la recette dont ils ont le secret. Du post black metal empreint de sentiments sombres. La voix me refile carrément des frissons, on ressent sa rage et sa tristesse. Ce titre est accompagné d'un clip que je vous présente de nouveau ci-dessous. C'est clairement ce qui m'a séduit dans ce groupe, la rythmique solide associée à l'émotion de la voix et de la guitare. La suite vous ne la connaissez pas encore mais je peux vous dire qu'il s'agit de Glare, Conspiranoia, Urge et Mare. 

Conspiranoia est mon autre titre fétiche après Ain et Null. Un morceau de 9 minutes qui ne se font pas sentir non plus. Urge est un morceau plus direct que j'ai apprécié mais sans l'émotion des autres. Cependant, ce titre permet d'apporter un équilibre à l'ensemble de l'album, en proposant quelque chose de plus brutal, direct, trash. Enfin, Mare vient clôturer cet opus avec plus de 13 minutes à son actif. 

Entre rythmique et mélodie, il me semble que Gaerea a trouvé un équilibre, stable et agréable, dans lequel on se sent bien et qui nous procure des émotions d'empathie vis à vis de ce chant torturé. La rythmique assure aux morceaux une dynamique que l'on apprécie, tandis que les guitares viennent souligner le côté sombre du genre. Un album à découvrir complètement le 24 juillet.

English interview 

Retrouvez la traduction en Français plus bas.

Mad Breizh :Hi, thank you very much for your time. I'm Julien, and I do interviews for the webzine Mad Breizh Productions.

First of all, can you introduce Gaerea for french people who don't know the band (how many people are in the band, where are you from, how long has the band been around, what does « Gaerea » mean, is this the first band you've ever played in…).

Gaerea : GAEREA stands as an undying and ever growing Vortex Manifesto, a critical point of view which constantly changes as time passes by. A moment in space time. We tell the tale of the Hollow society, a fictional story yet something which consumes our daily lives. The band is formed by 5 individuals based in Portugal and was formed exactly 4 years ago, in 2016. Gaerea is and always will be what I first wrote in this answer. We needed a name which could only mean one thing: GAEREA.

MB : What brought you to play in a band to start with? Or what made you want to pick up a guitar?

G : I have been working with bands as a living since quite a few years now and I always had bands myself at an earlier age during my teenage years. I stopped having bands right when I focused on working with other artists in order to focus mostly on my craft and what I could bring more to the creative desk. I still can't explain but all of a sudden i just felt the urge to pick the guitar again and write my own songs once again. That's when everything changed in my life. Inspiration morphed within me like a nightmare that still haunts me today. I just can't stop writing a specific song until it's completely finished, even if it takes me several hours and days in a row. I must never forget the first inspirational glimpse about the song, otherwise it will become pointless to even continue with such a song. I started playing guitar in 2009 and I was just searching for a way to spend time with my inner self and not deal with all the other aspects of life around me. It served as a gateway to this atmospheric, beautiful and emotional world where you can just be anything your fingers let you become. Everyone is unique once you put a musical instrument in their hands. Their experiences, fears, dreams, hopes and failures will fall right on that same instrument and regain a new expression. Everyone is unique once no one is staring at them.

MB : And is there a specific reason why you would want to play in a black metal band?

G : If GAEREA is a black metal band it's mostly due to what I have in my mind and what I feel that needs to be put out for the world to embrace. I didn't choose the genre. It's just an artistic movement and emotional experience I always loved since I first listened to it. Now, there are a million ways I would still create Gaerea and proceed with what we have going on in the band right now. This has become my life and one of the main reasons I can still thrive as a creative person.

MB : How would you describe what Gaerea sounds like?

G : It's the unbearable sound of silence as one falls into the deepest coma.

MB : Can you explain the concept around Gaerea, you guys want to stay anonymous, wearing masks both on stage and in videos. Can you explain to us why?

G : GAEREA has always acted as a reporter, a simple voyeur, a bringer of the chaotic message from the Vortex community. It is a burden we all must carry for it also relates to us as individuals who are also lost on their own bubble. The horrible truth about the masks is that you also are wearing one. Not just us. We all wear masks to cover our true self among others. We all want to be accepted by who we truly are yet we hide our real and most primitive beings in the lowest shelf of our minds. We are not different from anybody from the audience. We just have the guts to embrace it and move on to the next opic in the conversation. No one is real and no one is actually caring about it. No one cares who we really are and honestly, neither do us.

MB : Is the lineup always the same? Or do you sometimes change musicians?

G : We have now come to the point where we have a fixed studio and live line up for nearly one and a half year now. Actually this is since we toured Europe for the first time in late 2018. Until then we had really nice musicians who were really good in the studio but really into touring and embracing what this band became to be. We tend to keep this line up for as long as we can because it is the best one we ever had, with no doubts.

MB : What is the atmosphere like at a Gaerea show?

G : For me, a suffocating mind bending experience. It is a necessary, yet liberating torture. Yet, if you have to ask, you need to attend one of our next performances.

MB : Limbo will be available on July 24th, can you talk about the recording process? Where did you record this album? How long did it take? How did the studio session go?

G : We recorded LIMBO on the same studio and with the same producer as with the UNSETTLING WHISPERS album: Miguel Tereso from Demigod Recordings. We have always preferred to record and produce our music in our birth country and since we are very good friends with Miguel and he is actually one of the best producers of Modern Extreme Music, it all falls into place very naturally. His studio is nowhere to be found, it takes us a lot of time to get there, a really cosy and warm little town and always has felt to be the perfect place for us to work. We take some days off touring to spend at the studio and focus all our strengths with him getting the best performance we all can portray in the album. Our recording process is fairly quick. As much as we love the studio experience, we are show creatures and we prepare ourselves very well before going to the studio so no one loses their precious time. Recording in a professional studio with a master of his craft can surely be a horrible experience if you're not prepared, trust me.


MB : How do you write songs in this band?

G : Locked down from everyone and everything. I just reach out to my special "all alone" place in my mind and let it flow until all writings are done and ready to show the other people in the band. Then we will spend several weeks perfectioning everything about the material. It's not easy for me to just write a song for this band out of thin air. We don't write music when all together and we definitely do not write while on the road. Being out there, meeting interesting people and getting to know new cultures will surely be more satisfying and productive for you once the next album composition time comes. Being on the road, for us, it's a special time we are always grateful for and we do not waste any minute of it being stuck in the van or at a backstage with our own instrument. It's not fair for the experience you're in. As I said, exploring everything around you will surely become more valuable once you're ready to write new music. Everything will serve as a connection for something. At least that's how LIMBO was written, from all our experiences as a touring band.

MB : About lyrics, who writes them? What are the songs about? Is there a recurrent theme?

G : All lyrics are mostly written between me and other members of the band. There are certain guidelines for writing these lyrics and they all have a theme way before having lyrics going. I cannot write the music for the songs without having a first glimpse of what they are truly about. Otherwise the songs will feel out of place and with no actual meaning for me. That's the beauty of writing music, letting yourself be consumed by a certain emotion and write music for that specific moment. I would recommend everyone who seeks these answers to dive deep into the Unsettling Whispers Booklet and then let yourself drown by the texts within the new album. All your answers will lay there.

MB : What does the album cover represent? Who did the artwork? Was this an exclusive painting made specifically for the album?

G : The artwork was crafted by someone I always wanted to work with since the very beginning of GAEREA: Eliran Kantor. Not many can portray such agonizing realistic art and that is something that truly shakes my soul. I can spend countless hours revisiting his past works and all his details. The LIMBO cover is no different. It mainly focused on the "MARE" experience and I believe once you listen to the song and read more about it, you'll get a few moments of liberation and comprehension about what we truly feel about this album, that song, that art.

MB : We discovered the amazing song called « Null » with a video a few weeks ago, can you tell us about it? Who directed it? Why is there a change in the colors in the middle? What is the concept around this video?

G : NULL is the first song off the new album promotion period. We needed something which could shake all predictions and preconceived boundaries people had for this band and bury them into the ground. NULL was just so damn perfect for that. Guilherme Henriques directed the video. He is the one behind all GAEREA Music Videos. The color scheme change in the middle of the video is just an artsy form of representing the mood change in the song, as it also shifts to another dimension, a new form of listening to the track. In the end I believe the video serves the song really well, as one surely could not be premiered without the other.

MB : Are you confident with shows getting back to normal after the pandemic we're currently dealing with?

G : Yes. We are not moaning about all our money loss and our shows being postponed to next year. We have a chaotic agenda for 2021 and we need to focus on that. Our followers do not need our shit posting about being miserable and having lost this or that. Of course we lost a lot with this horrible pandemic but that people don't deserve such behaviour from us. They deserve our utmost and most powerful moment, which is now.

MB : About that, is being in the band your profession or do you have a day job? How did you spend your days during the lockdown?

G : I have a dayjob even though I'm working on this band full time. I do it in order to stay mentally alive. it's what i need right now and it's what makes me satisfied about life. There are too many people who are afraid to follow their passion and I will never become such an individual. This band has taken a lot from my personal life and I still believe this is the right path for me. I spent my lockdown days working like crazy on this record. Since all shows got postponed, we all had a lot more time to focus even more on this release, make all desirable visuals, content, posters, posts, merchandise, marketing plans, everything we normally have to thrive to have time for and we unfortunately had that strange period to do that.

MB : How is black metal received in Portugal? Is this easy to find shows or do you have to travel? (You should come more to France ^^)

G : Very well I'd say. I don't know many active BM bands in Portugal actually. I remember the style growth was put on hold for quite a few years since 2010. Not many good bands grew from there forth. Still, we are very passionate about a lot of acts that still exist in our country and still write their own page in the European Black Metal arts like Corpus Christii, Black Cilice, Inthyflesh, IRAE, Decayed, etc. All of these bands are formed by well respected people in the genre for many years already and they deserve respect for that. Portugal will never be a touring country. It's a small country, very few good venues, very few good festivals and people do not leave the house on weekdays so you can imagine it's quite suicidal to organize a whole week tour in a country with such conditions. Still, I would never tour a country with less than 700km for a week straight. It's a hard country to earn respect from. Only hard work, patience and the right steps will create a very healthy following in this country. There are no shortcuts and that's good. France has always been one of our most desirable places to perform in and we cannot wait to come back early next year!

MB : Thank you very much, I wish you the best for this really great album. I will be pleased to see you guys in Paris next year.

G : Man, it took forever to have a Paris performance. It is, for me, one of the most beautiful cities on the planet and with some of the strongest minds when it comes to extreme arts. We have a very special show in store for you, as a deep appreciation for welcoming us for the first time.

Interview en français 

Traduit de l'anglais par Simon Goubil. Merci.

MB : Salut, merci de nous consacrer un peu de temps. Je suis Julien, je fais des interviews pour le webzine Mad Breizh.

Tout d'abord, est ce que tu peux présenter Gaerea pour les français qui ne connaissent pas le groupe (combien de membres dans le groupe, d'où vous venez, depuis combien de temps le groupe existe, qu'est-ce que « Gaerea » signifie, est-ce que c'est votre premier groupe…).

Gaerea : GAEREA est un manifeste vorticiste (le vorticisme est un mouvement artistique et littéraire d'origine britannique ndlr) éternel en perpétuelle évolution, un point de vue critique qui change constamment au fil du temps. Un moment dans l'espace-temps. Nous racontons l'histoire de la Hollow society, une fiction qui pourtant consume notre quotidien. Le groupe est composé de 5 personnes au Portugal et s'est formé il y a 4 ans exactement, en 2016. Gaerea est, et sera toujours, ce que j'ai écrit dans cette réponse. Nous avions besoin d'un nom qui ne pouvait signifier qu'une seule chose : GAEREA.

MB : Qu'est-ce qui vous a amené à jouer dans un groupe? Qu'est ce qui t'a personnellement amené à jouer de la guitare ?

G : Cela fait quelques années que je gagne ma vie en travaillant avec des groupes et j'ai toujours joué dans des groupes plus jeune, quand j'étais ado. J'ai arrêté de jouer dans des groupes quand je me suis concentré sur mon travail avec d'autres artistes pour me focaliser principalement sur mon métier et sur ce que je pouvais apporter d'un point de vue créatif. Je n'arrive toujours pas à l'expliquer mais j'ai senti un besoin soudain de reprendre la guitare et d'écrire à nouveau mes propres chansons. C'est à ce moment que tout a changé dans ma vie. L'inspiration s'est muée en moi tel un cauchemar qui me hante encore à ce jour. Je ne peux pas arrêter d'écrire une chanson tant qu'elle n'est pas complètement terminée, même si cela me prend plusieurs heures et jours d'affilée.Je ne dois jamais oublier le premier aperçu d'inspiration de la chanson, sinon cela devient inutile de continuer. J'ai commencé à jouer de la guitare en 2009 et je cherchais simplement une manière de passer du temps avec mon moi intérieur et ne pas avoir à gérer tous les autres aspects de la vie autour de moi. Cela m'a servi de passerelle vers ce monde atmosphérique, beau et émouvant où tu peux devenir tout ce que tes doigts te permettent. Chacun de nous est unique à partir du moment où tu mets un instrument de musique entre leurs mains. Leurs expériences, leurs peurs, leurs rêves, leurs espoirs et leurs échecs retomberont sur cet instrument et reprendra une forme d'expression nouvelle. Chacun de nous est unique quand personne ne les regarde.

MB : Est-ce qu'il y a une raison particulière à vouloir jouer dans un groupe de black metal ?

G : Si GAEREA est un groupe de black metal, c'est principalement dû à ce que j'ai en tête et ce que je sens qui doit sortir pour que le monde adhère. Je n'ai pas choisi ce genre. Il s'agit juste d'un mouvement artistique et d'une expérience émotionnelle que j'ai toujours adoré depuis la première fois que je l'ai écouté. Il y a mille manières dont je pourrais encore créer Gaerea et poursuivre avec ce qui se passe dans le groupe en ce moment. C'est devenu ma vie et l'une des raisons principales pour lesquelles je peux me développer en tant que personne créative.

MB : Comment tu décrirais le son de Gaerea?

G : C'est l'insoutenable son du silence alors qu'on tombe dans le coma le plus profond.

MB : Peux-tu expliquer le concept autour de Gaerea? Vous voulez rester anonymes en portant des masques sur scène et dans vos clips. Peux-tu nous expliquer pourquoi?

G : GAEREA s'est toujours posé en tant que reporter, un simple voyeur, délivrant le message chaotique de la communauté du Vortex. C'est un fardeau que nous devons tous porter car cela se rattache à nous tous en tant qu'individus qui sommes perdus dans notre propre bulle. L'horrible vérité à propos des masques est que vous en portez aussi. Pas juste nous. Nous portons tous des masques pour cacher notre véritable identité parmi les autres. Nous voulons tous être acceptés pour qui nous sommes vraiment et pourtant nous cachons nos véritables identités les plus primitives dans l'étage le plus bas de notre esprit. Nous ne sommes différents de personne dans notre public. Nous avons le courage de l'accepter et de passer au sujet suivant dans la conversation. Personne n'est vrai et personne n'en a quoi que ce soit à faire. Tout le monde se fiche de savoir qui nous sommes vraiment et honnêtement, nous aussi.

MB : Les membres du groupe sont-ils toujours les mêmes ? Est-ce que ça vous arrive de changer de musiciens ?

G : Nous en sommes arrivés à un point où nous avons un groupe fixe pour le studio et pour les concerts prévu sur un an et demi pour l'instant. En fait, c'est comme ça depuis qu'on a fait notre première tournée en Europe fin 2018. Jusque-là on a eu des musiciens vraiment sympas qui étaient très bons en studio mais surtout qui avaient envie de tourner et qui adoptaient ce que ce groupe est devenu. On souhaite garder ce line up aussi longtemps que possible parce que c'est le meilleur qu'on ait jamais eu, sans aucun doute.

MB : Comment est l'atmosphère à un concert de Gaerea?

G : Pour moi, une expérience suffocante et hallucinante. C'est une torture nécessaire mais libératrice. Cependant, si tu as besoins de le demander, c'est que tu dois venir à un de nos prochains concerts.

MB : Limbo sera disponible le 24 Juillet, peux-tu me parler de l'enregistrement ? Où avez-vous enregistré cet album ? Comment s'est passé la session ?

G : On a enregistré LIMBO dans le même studio et avec le même producteur que pour l'album UNSETTLING WHISPERS : Miguel Tereso de Demigod Recordings. Nous avons toujours préféré enregistrer et produire notre musique dans notre pays natal et comme nous sommes très bons amis avec Miguel et qu'il est l'un des meilleurs producteurs de musique extreme moderne, tout se fait naturellement. Son studio est introuvable, ça nous prend beaucoup de temps pour y aller, un petit village agréable et chaleureux, ça nous a toujours semblé être l'endroit idéal pour travailler. On prend quelques jours de repos pour les passer au studio et concentrer toutes nos forces avec lui qui est là pour obtenir la meilleure performance que nous pouvons donner dans l'album. Notre procédé d'enregistrement est assez rapide. Même si on adore l'expérience du studio, nous somme faits pour les concerts et on se prépare très bien avant de rentrer en studio afin que personne ne perde de leur temps précieux. Enregistrer dans un studio professionnel avec un maitre de son art peut être une expérience horrible si on n'est pas préparé, crois-moi.

MB : Comment tu écris les chansons pour ce groupe?

G : À l'abri de tout et de tout le monde. J'atteints cette place particulière dans mon esprit où je suis tout seul et je laisse venir, jusqu'à ce que tout soit écrit et près à être présenté aux autres membres du groupe. Ensuite nous passons plusieurs semaines à perfectionner toutes les chansons. Ce n'est pas facile pour moi d'écrire une chanson pour ce groupe en partant de rien. Nous ne composons pas quand nous sommes tous ensemble et on n'écrit certainement pas quand on est sur la route. Etre là-bas, rencontrer des personnes intéressantes et découvrir de nouvelles cultures sera surement plus satisfaisant et productif pour toi quand le moment de composer le nouvel album arrivera. Etre sur la route, pour nous, c'est un moment spécial dont nous sommes toujours reconnaissants et nous ne perdons pas une minute de ça à être coincé dans un van ou en coulisses avec notre instrument. C'est injuste envers l'expérience que tu es en train de vivre. Comme je l'ai dit, explorer tout ce qui t'entoure sera certainement plus utile quand tu seras près à écrire de nouveaux morceaux. Tout sert de connexion à quelque chose. Du moins c'est comme ça que LIMBO a été écrit, de toutes nos expériences en tant que groupe qui tourne.

MB : A propos des paroles, qui les écrit ? De quoi parlent les chansons ? est-ce qu'il y a un thème récurent ?

G : Toutes les paroles sont écrites par moi et d'autres membres du groupe. Il y a certaines lignes directrices pour écrire ces paroles et elles ont toutes un thème bien avant d'avoir des paroles. Je ne peux pas écrire de musique pour les chansons sans avoir un premier aperçu de quoi il s'agit. Sinon les chansons auraient l'air hors de propos et sans vraie signification pour moi. C'est ça la beauté d'écrire de la musique, te laisser consumer par une certaine émotion et écrire de la musique pour ce moment spécifique. Je recommanderais à quiconque cherche des réponses de se plonger dans le livret de Unsettling Whispers et de se laisser submerger par les textes du nouvel album. Toutes tes réponses s'y trouve.

MB : Que représente la pochette de l'album ? Qui l'a dessinée ? Est-ce qu'il s'agit d'un tableau fait spécialement pour l'album ?

G : La pochette a été réalisée par quelqu'un avec qui j'avais toujours voulu travailler, depuis le tout débuts de GAEREA : Eliran Kantor. Peu de gens peuvent représenter un art aussi réaliste et agonisant et c'est quelque chose qui me remue l'âme. Je peux passer un nombre d'heures incalculable à revoir son œuvre et ses détails. La pochette de LIMBO n'est pas différente. Elle met l'accent principalement sur l'expérience "MARE" et je crois que si tu écoutes la chanson et que tu en lis plus sur le sujet, tu auras quelques moments de libération et de compréhension de ce que nous ressentons à propos de cet album, cette chanson, cet art.

MB : Nous avons découvert l'incroyable chanson "Null" accompagné d'un clip il y a quelques semaines, tu peux nous en parler ? Qui l'a réalisé ? Pourquoi y a-t-il un changement de couleurs au milieu ? Quel est le concept autour de ce clip ?

G : NULL est la première chanson à promouvoir l'album. On avait besoin de quelque chose qui puisse bousculer les prévisions et les limites préconçues que les gens avaient pour ce groupe et les enterrer profondément. NULL était tellement parfaite pour ça. Guilherme Henriques a réalisé le clip. C'est lui qui est derrière tous les clips de GAEREA. Le changement dans la palette de couleurs au milieu du clip est juste une manière artistique de représenter le changement d'humeur dans la chanson, ça évolue vers une autre dimension, une nouvelle manière d'écouter le morceau. Au final, je pense que le clip sert vraiment la chanson, on n'aurait pas pu sortir l'un sans l'autre.

MB : Est-ce que tu es confiant sur le fait que les concerts reprennent à la normale après l'épidémie que nous traversons actuellement ?

G : Oui. Nous ne sommes pas en train de ronchonner sur tout l'argent perdu et les concerts reportés à l'année prochaine. Nous avons un agenda mouvementé en 2021 et on doit se concentrer là-dessus. Notre public n'a pas besoin qu'on poste qu'on est malheureux ou qu'on ait perdu ci ou ça. Bien sûr on a perdu beaucoup avec cette horrible épidémie mais ces gens ne méritent pas un tel comportement de notre part. Ils méritent notre moment le plus profond et le plus grand qui est maintenant.

MB : En parlant de ça, est-ce que le groupe est votre métier ou est-ce que vous avez des jobs à coté ? Comment avez-vous passé le confinement ?

G : J'ai un travail à coté, même si je travaille pour ce groupe à plein temps. Je le fais pour rester vivant mentalement. J'ai besoin de ça en ce moment et c'est ce qui me satisfait dans la vie. Il y a trop de gens qui ont peur de suivre leur passion et je ne deviendrai jamais un tel individu. Ce groupe a pris beaucoup dans ma vie privée et je crois toujours que c'est le bon chemin pour moi. J'ai passé le confinement à travailler comme un fou sur ce disque. Comme tous les concerts sont reportés, nous avons tous eu du temps pour nous concentrer encore plus sur ce disque, faire tous les visuels, le contenu, les affiches, les publications, le merch, la stratégie marketing, tout ce pour quoi normalement on doit réussir à avoir du temps et, malheureusement, on a eu cette étrange période pour le faire.

MB : Comment est reçu le black metal au Portugal? Est-ce que c'est facile de trouver des concerts ou est-ce qu'il faut faire de la route ? (vous devriez venir en France plus souvent)

G : Très bien, je dirais. Je ne connais pas beaucoup de groupes de BM actifs en fait. Je me souviens que le développement du style s'est mis en attente pendant quelques années depuis 2010. Il n'y a pas beaucoup de bons groupes qui en sont ressorti. Néanmoins, nous sommes passionnés par beaucoup de groupes qui existent encore dans notre pays et qui contribuent aux arts du black metal européen comme Corpus Christii, Black Cilice, Inthyflesh, IRAE, Decayed, etc. tous ces groupes sont formés pas des gens respectés dans le genre depuis beaucoup d'années déjà et ils méritent le respect pour cela. Le Portugal ne sera jamais un pays où tourner. C'est un petit pays, très peu de bonnes salles, très peu de bons festivals et les gens ne quittent pas leur domicile en semaine alors tu peux imaginer que c'est assez suicidaire d'organiser une semaine entière de tournée dans un pays avec de telles conditions. Je ne ferais pas de tournée dans un pays sur moins de 700km sur une semaine complète. C'est un pays dans lequel il est difficile de gagner du respect. Seul le travail acharné, la patience et les bonnes étapes vont créer un public sain dans ce pays. Il n'y a pas de raccourcis et c'est bien. La France a toujours été un des endroits où on voulait le plus se produire et on a vraiment hâte de revenir tôt l'année prochaine !

MB : Merci beaucoup. Je vous souhaite toute la réussite que cet album mérite. En espérant pouvoir venir vous voir à Paris l'année prochaine.

G : Ça a pris une éternité de pouvoir jouer à Paris. C'est, pour moi, une des plus belles villes sur la planète et avec quelques un des esprits les plus forts en ce qui concerne les arts extrêmes. On a prévu un concert très spécial pour vous, pour vous remercier de nous accueillir pour la première fois.

Charge 69 - Tous Debout
Nouvelles dates de Corrosion Of Conformity

Sur le même sujet:

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://mad-breizh.com/