Get the shot - Merciless Destruction

Qu'est-ce que je l'aurais attendu cet album ! Get the shot est de retour pour casser des dents ! Étant mon groupe préféré, il était inconcevable que je passe à côté de cette chronique. 

4Ème album de la bande, et la qualité est toujours au rendez-vous. Oui, y'a aussi un EP du nom de In fear we stand qui est excellent et qui laissait deviner que le groupe n'allait pas faire dans la dentelle. Y'a qu'à voir la violence et la qualité indéniable du dernier sorti, Infinite Punishment, qui est encore à l'heure d'aujourd'hui mon album favori. Pour vous dire, quand je suis tombé dessus à la Fnac j'ai tellement gueulé que tout le monde s'est retourné vers moi. Je suis tellement fanatique de la bande que j'ai leur intégrale en CD et en vinyles. On est fan ou on l'est pas ! 

C'est d'ailleurs avec l'album précédemment cité que je suis rentré chez Mad Breizh. J'ai pu voir Get the Shot deux fois en live : une fois au Hellest 2018 et une seconde dans une petite salle sur Nantes. C'est d'ailleurs là que j'ai vécu un des meilleurs moments de ma vie : Après le concert, J-P (Chant) est descendu dans le public et je lui ai demandé une photo, ce qu'il a accepté volontiers. Après la photo, je lui ai dit que le concert était génial. Et il m'a répondu une phrase qui encore aujourd'hui me fout des frissons : « Si le concert était génial, c'est grâce à des mecs comme toi ». Je suis censé voir la bande une troisième fois la semaine prochaine sur Paris avec Terror et Lionheart. J'vais pas m'en sortir entier, je crois... Live review prévu. 

Parlons de l'album. Pour nous faire comprendre qu'ils revenaient encore plus énervés que d'habitude, les québecois nous ont lâchés plusieurs titres, et le premier est une véritable claque ! « Deathbound » est un véritable hymne à la violence musicale. Je pensais pas qu'on pouvait mettre autant de breakdown en une seule musique. D'autant qu'un guest apparaît, et c'est un également un adepte du breakdown, Rob Watson du groupe Lionheart

Le second est également une véritable pépite. « Survival Denied » est dans la même lignée que son prédécesseur. Puis vint deux autres singles qui ne m'ont pas marqué plus que ça : «Bloodbather » et « Divination of Doom ». Je n'ai pas grand-chose à en dire. Mais j'ai quelque chose à dire concernant la dernière track sorti en single : « Season of the damned II ». La première version est sur l'opus No peace in Hell, et elle est juste géniale, d'autant qu'elle clôture l'album. Là, c'est pareil. Et honnêtement, je veux cette musique à mes funérailles ! Elle me fait tellement vibrer.... La guitare, la voix... Elle termine l'ouvrage de la plus belle des manières. D'autant qu'elle tranche complètement avec le reste des tracks. Tout du long, c'est des riffs acérés, des breakdowns de fou furieux, une voix énervée .... Puis la dernière, le calme. C'est littéralement un des meilleurs albums de la décennie, je l'affirme haut et fort. Pour rester sur cette musique, le groupe en a fait une version acoustique qui est également très bonne. 

Concernant l'album dans sa globalité, ... bin en fait « Deathbound » le décrit parfaitement : J'ai dit plus haut que j'avais jamais entendu autant de Breakdown dans un seul morceau, mais en réalité, j'ai jamais entendu autant de breakdown en un album. Je crois que le record a été pulvérisé. Si la bande continue à nous sortir des disques comme ça, je pense que je vais devoir me faire opérer des cervicales avant la fin de ma vie. On sent vraiment que les zikos sont passionnés, et ça, ça fait plaisir à voir ....enfin à entendre. 

Pour les intéressés, sachez que JP (Chant) à un second groupe de musique, ou il est également chanteur, intitulé Downstater. Et ce dernier n'a rien à voir avec Get the Shot. Là, on est plus sur du Pop Rock positif. GTS me fout des frissons à chaque fois et Downstater me fait sourire à chaque coup. Ça prouve à quel point JP est un grand artiste. 

Petit aparté, le gars, dans la vie de tous les jours, est un prof de philosophie. Si j'avais eu un prof comme lui, je crois que j'aurais pas eu 3 en philo au bac. D'ailleurs si vous voulez voir à quel point il peut être captivant quand il donne un cours, allez voir sa chaîne Youtube « Jean-Philippe Lagacé » avec sa superbe série Trash ta philo.Un autre point que je vais aborder et qu'il me semble que c'est la première fois que je le fais, c'est l'art-work : Une pochette littéralement magnifique. Le groupe a toujours su faire de belles pochette. Y'a qu'à voir celle de No peace in Hell

Pour conclure, j'ai peur de malheureusement ne pas être impartial, car comme dit plus haut GTS est mon groupe favori et j'ai adoré littéralement toute leur discographie. Cependant, je sais à qui le conseiller : Ça n'est pas un ouvrage à mettre dans « les mains » de tout le monde. Le niveau de brutalité des sons est largement supérieur à la plupart des albums de Metal. Donc si vous êtes un néophyte, un fan de Prog ou de Power, cette pépite n'est pas pour vous. Mais si vous êtes un fan de Hardcore bien bourrin, tel que Lionheart, Madball ou encore Incendiary, foncez tête baissée.

Welcome to Quebec City, you son of a bitch !
Rétro-chronique: Rob Zombie - The lunar Injection ...
Interview/Chronique Gaerea - Mirage

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
vendredi 9 décembre 2022

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://mad-breizh.com/