LIVE REPORT - Bass Dum Of Death et Fragile @Le Ferrailleur Nantes

302346975_637789021140376_475353310171374957_n

Rédacteur : Kanarchiste

Relecture : Victor

Merci à Ronan de Concerts Music Live pour ses vidéos. Suivez le sur Facebook par ici et sur YouTube par là.

Nantes, le 19 octobre 2022.

J'ai découvert Bass Drum Of Death il y a quelques années alors que j'étais dans un bar à Angers, qui passait un de leur disque. Un mix de punk, de rock bien sale et de garage, le tout mis en place par 2 guitaristes et un batteur, venant tout droit du Mississippi et formé par John Barrett. Les enregistrements sont volontairement salis. Le groupe se caractérise par une musique fuzz, lourde et distordu mené par la voix de John, souvent saturée, mais facilement reconnaissable, passant au-dessus de tout en termes de fréquences.

Voilà donc que Le Ferrailleur annonce leur venue pour le jeudi 19 octobre, l'un de mes groupes phares, à 5 minutes de chez moi…. Ni une ni deux, même si j'ai déjà mes places pour leur passage au VIP de Saint Nazaire le samedi 22 octobre, je file en direction du hangar à bananes avec mon ticket en poche.

Il y a un peu de monde sur place, il faut dire que loin d'être mainstream, Bass Drum Of Death est un groupe apprécié sur la scène rock et Nantes a répondu présent malgré le fait qu'ils soient programmés à 1h de route à peine, 2 jours plus tard. Dommage le torpillage de dates. Le temps de commander 1 pinte et de me positionner devant la scène, que Fragile, groupe angevin, monte sur scène. Je les découvre avec enthousiasme, ce qui me prouve une fois encore, que la scène rock angevine recèle de pépites. Même s'ils jouent ensemble depuis seulement 1 an, le set est carré et intelligemment ficelé. Fragile propose un hardcore, post hardcore à 5, qui illustre parfaitement son nom. C'est puissant, riche en émotions, parfois fragile mais tellement propre et carré que ce n'est pas de ce côté qu'il faudra chercher la référence de leur nom. Les chœurs sont assurés par les 2 guitaristes et le bassiste, parfois l'un des guitaristes prend plus de chant, le chanteur se retournant alors pour laisser la place. On ressent énormément de respect entre les membres. Les chants, souvent criés, donnent cette impression de musique intimiste faites avec les tripes et parfaitement exécutée. Bravo, je vous conseille à tous de prêter attention à Fragile, et je parierais fort qu'on entende parler d'eux.

Facebook Fragile

Instagram : @fragile_angers

A peine le temps de s'accorder une pause que Bass Drum Of Death monte sur scène sans chichis ni fioritures. 2 guitares, dont l'une passe également à travers un ampli basse histoire de combler les fréquences, une batterie et c'est tout. Le son est fidèle à ce que l'on attend. Je les ai vus il y a quelques années à Paris et j'avais été un peu déçu de l'attitude un peu froide sur scène, à l'américaine, bonjour, on joue, au revoir. Ici, le lieu plus intime aidant certainement, je ne ressens pas du tout cela. Sans se lancer dans de grands discours, on ressent une complicité avec le public, John donnera une baguette de batterie à une petite fille présente dans le public, et le second guitariste cherchera facilement les interactions avec le public tout au long du set. Le concert oscille entre morceaux plus anciens et derniers singles sorti la veille du concert, avec une petite pause sur le titre Heavy, plus posé. Hormis ce dernier, le rythme reste plutôt intense et le son est bon. Le spectacle est également bien appuyé par les jeux de lumière. Le public, resté sage jusque-là, commencera même à sérieusement se motiver à bouger pour finir en pogo. Même si l'essence du groupe est issue du garage rock, sa force réside dans le fait qu'il a réussi à toucher un public bien plus large, jusque chez les punks et les amateurs de rock plus classique. 50 minutes d'un set impeccable et Bass Drum Of Death quitte la scène… pour mieux revenir sur les demandes de quelques connaisseurs bien décidé à ne pas quitter la salle ainsi (même si avec les américains, tout est établis d'avance et le rappel était assurément prévu). Au départ, seul John est présent pour un guitare voix appuyé par les chœurs du second guitariste qui le rejoint en cours de morceau. Et enfin, le voilà, le titre… enfin mon titre phare, Crawling After You clôture cette soirée de rock dans un ferrailleur chaud bouillant. Une excellente soirée que l'on doit à N Syndicate Productions et Le Ferrailleur. Merci à fond.

Facebook Bass Drum Of Death

Instagram : @bassdumofdeath

DEATH ENGINE - Leaden Silence - Pt 1
Chronique + Interview - A Void - « Dissociation »

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
vendredi 9 décembre 2022

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://mad-breizh.com/