Worst Doubt : Une énergie sans aucun doute (HF 2022)

Extinction (2021) Worst Doubt

Que cette pause a fait du bien à mon organisme !! Frais et pimpant me voilà de retour pour la seconde manche du colossal Hellfest 2022. Première mission en vue : Worst Doubt à la Warzone.

Mes pas nonchalants m'amènent peu à peu sur le chemin de ladite scène quand je m'aperçois, les yeux encore en face des trous, que la pente douce et places assises au pied du bar - l'amphi, comme je l'appelle - est pleine à craquer ! Il fait super beau, le son n'est pas encore lancé. Bon, les gens boivent un coup à la santé de leurs retrouvailles.

Mais c'est alors que la surprise me scie les pattes déjà bien abîmées de la semaine passée. Je tourne la tête et m'aperçois que le pit est plein à craquer ! Incroyable vision qui fait de moi un être autant ébaubis qu'excité. Je sens en mon for intérieur que ça va envoyer du bois. Les gens discutent bucoliquement lorsqu'une vibration de gratte précède un riff introductif. Le rythme est bon et pendant ce temps, le frontman présente le groupe puis, tel un ultimatum motivant, nous averti qu'on a intérêt à tout envoyer pour eux. Premier titre, premier circle pit. Tout est dit, le set ne va jamais ralentir.

Je n'aime pas me vanter mais j'avais raison... Vous savez, quand plus haut je me suis dit que ça allait envoyer du bois... Une fois la superbe prestation de Worst Doubt arrivée à terme, je me retourne et l'air joyeusement surpris du gars derrière moi me donne envie de lui demander son avis. Donc, cher lecteur, chère lectrice, avant de prendre les impressions de nos artistes du jour, voyons donc ce qu'en pense le gars derrière moi.



MadBreizh : Worst Doubt vient de finir et tu viens de me dire que tu ne connaissais pas. Tu en as pensé quoi finalement ?

The Guy Behind Me : Non, je ne connaissais pas du tout. C'est une très belle découverte car ça envoie du lourd. Les mecs sont là sur scène et ça donne envie de bouger partout. Hyper cool mec !

MB : Le Hardcore c'est ton style déjà à la base ?

TGBM: Oui moi j'adore ça et là les mecs sont hyper chauds, ça donne envie de sauter partout et de tout péter ! C'est une super bonne découverte franchement ! Dommage que ce soit le premier concert sinon on aurait été chaud et on aurait pogoté. Les mecs ils vont à l'essentiel, il y a des putain de gros breaks, ça part ! Les mecs sont là, les accords sont plaqués : ça fait plaisir quoi !



C'est ainsi que 3 jours plus tard, Worst Doubt, représenté par Max, bassiste énergique du band, nous a donc fait le plaisir d'accorder du temps et de l'écoute pour nous délivrer ses impressions les plus fondamentales.

MB : Bonjour. Nous sommes avec le membre le plus emblématique peut-être du groupe... Comme tu es le seul, on en profite ! Salut.

Max : Pas de bol, t'as eu le bassiste ! Moi c'est Max de Worst Doubt.

MB : Le bassiste ça à son rôle tout autant que les autres ! Alors vous avez joué à la Warzone jeudi matin. Elle était pleine à craquer dès le matin ! Ça a dû envoyer une grosse motivation pour tout arracher ?

Max : Bah mec, on s'y attendait pas du tout. C'était vraiment mortel effectivement. Mais ce n'était pas le matin en fait c'était à l'ouverture à 16H00. C'était blindé. Je crois qu'il y avait 12 000 personnes ! Ce qui est assez rare pour le premier groupe sur la Warzone. C'était vraiment mortel, on ne s'y attendait pas. On ne s'attendait pas également à autant d'entrain et autant de réponses de la part du public. C'était vraiment cool.

MB : C'est vrai que oui, comme j'avais noté « ouverture », j'ai dit que c'était le matin mais c'est vrai que le jeudi on commençait l'après-midi. Alors finalement c'est presque une chance en soi que les gens soient déjà debouts est prêts et qu'ils soient au taquet.

Max : C'est le meilleur slot possible je pense. Effectivement il y avait déjà le week-end avant et les gens ont pu se reposer pendant trois jours. Je t'avoue que j'étais là en tant que festivaliers le week-end dernier déjà, et on a pu se reposer. Tout le monde était chaud ! En plus il a fait beau jeudi, donc on a eu du bol avant le déluge de vendredi. Donc non c'est le slot parfait !

MB : Vous délivrez un hardcore influencé années 90. Toujours un peu d'engagement dans cette musique là. C'est important pour vous de véhiculer un message au travers de vos chansons ? Avec notamment Extinction, album qui est sorti l'année dernière ? Tu peux peut-être nous parler de cette atmosphère qui est la vôtre.

Max : Je vais parler à la place d'Hugo, notre chanteur, parce que c'est lui qui écrit les paroles mais il ne pouvait pas être là. On est un groupe plutôt engagé à gauche même si ça ne se ressent pas obligatoirement dans les paroles. Pas forcément fan de l'époque actuelle et ça se ressent. On est un peu en colère.

MB : Les sujets ne manquent pas j'imagine pour avoir des idées de compo et d'écriture ? Que vous regardez autour de vous les idées doivent infuser pour ce qui est de trouver à dire ?

Max : Je pense que notre musique est guidée par le seum et en ce moment il y a de quoi faire effectivement. Si la politique continue comme ça, je pense qu'on va pouvoir écrire encore pas mal d'albums effectivement.



MB : D'accord. Et concernant votre set au Hellfest : d'autres groupes m'ont dit que peu importe finalement la notoriété plus ou moins importante qu'ils avaient, l'accueil était vraiment bon. Quel était ton ressenti par rapport à tout ça ?

Max : Par rapport à l'accueil du public, même si on a notre notoriété dans notre scène hardcore française, C'est vrai que de jouer de jouer devant un public aussi large que le Hellfest c'est déjà un autre niveau effectivement. Les gens sont curieux. Et après, l'accueil dans un endroit aussi énorme c'est cool. En plus on avait beaucoup de potes qui jouaient sur le festival, que ce soit les gars de Hangman's Chair ou Perturbator et tout. Donc on est toujours en train de croiser tes potes. Après, les idoles j'en n'ai pas vu beaucoup dans les loges mais après on est énormément au bar donc… [rires].

MB : Quand on sait qu'on est validé pour le Hellfest, est-ce qu'il y a un travail différent entre vous pour construire le set ? Est-ce qu'on prépare entre guillemets « un jeu de scène » ou alors est-ce qu'on dit "bah toute façon on reste comme on est".

Max : Bah nous on est plutôt des punks je t'avoue. On a pas fait de résidence avant comme le font beaucoup de groupes généralement. Tout simplement parce qu'on est tous un peu éparpillés. On n'habite pas forcément au même endroit. Du coup on répète assez peu. Mais on va dire qu'on se connaît tellement bien, qu'on a tellement les morceaux dans les pattes, parce qu'on a beaucoup tourné, qu'on a pas forcément préparé quelque chose. Mais je pense que ça fait aussi un peu notre force, c'est notre côté spontané... et punk ! [Max nous conclut cette phrase avec une petite grimace et les phalanges en cornes du diables. Du coup rires ; ndr]

MB : Ça, le public doit le sentir de toute façon. Et donc finalement, cette tournée partout en Europe ? J'ai noté Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, Suisse… Vous avez énormément de dates et c'est intéressant d'avoir ses demandes de concert et de fests pour pouvoir aller partout en Europe ?

Max : Ouais c'est mortel ! Là en fait, notre album Extinction est sorti il y a à peu près un an et malheureusement avec le Covid toutes les dates de promo ont été un peu décalées donc on n'a pas pu trop le défendre. Bon en France on pouvait faire des dates uniques, mais là du coup toutes les tournées qui arrivent, c'est vraiment pour défendre l'album. Et les fests sont vraiment une expérience différente. C'est assez chronophage tu vois. Pendant trois jours, c'est bien bien épuisant mais c'est quand même une expérience assez cool et on est assez pressé de repartir sur la route. C'est une autre dynamique d'être en tournée et de ne pas faire juste des dates uniques.



 MB : Comme tu dis que vous n'habitez pas forcément les uns à côté des autres, quand il y a une compo qui sort, l'envie de travailler des choses, comment fait-on pour composer ?

Max : Alors en fait la dynamique du groupe tourne vachement autour d'Hugo notre chanteur qui est aussi celui de compose le plus. Principalement, il arrive avec déjà une structure et après on les retravaille tous ensemble. Donc aujourd'hui la méthode de travail c'est 2020 tu fais des maquettes et tu rediscutes. Et en dernière étape tu répètes pour tout peaufiner. Donc quand on arrive en répète on a déjà les squelettes des morceaux ils sont bien en place.

MB : Et donc toi Max à part croiser tes copains au bar il y a des groupes que tu ne veux pas rater encore cet aprèm sur ce dernier jour ? [interview faite le dimanche, ultime date de ce dantesque festival ; ndr]

Max : Ce dernier jour il y a une grosse programmation hardcore, donc là juste avant l'interview je suis allé voir mes potes de Year Of The Knife à la Warzone avec qui on avait tourné l'année dernière. Juste après je vais aller voir Judiciary, Incendiary. Il y a aussi Terror. Enfin pas mal de hardcore. Et aussi les potes de Regarde Les Hommes Tomber et Hangman's Chair qui font un set ensemble. Donc ça va être cool. Tu as évidemment Metallica. J'ai jamais eu l'occasion de les voir donc je pense que c'est sympa de finir le festival comme ça.

MB : Ça sera de loin de toute façon Metallica je pense

Max : C'est ce que je pense ça sera peut-être même du parking ! [rires]

MB : Et bien écoute je te remercie. Je vais peut-être bosser encore un peu derrière.

Max : Ouais ! Je vais aller au bar ! [rires]

MB : Alors ça ne se voit pas dans l'article mais c'est du Perrier qu'il a dans la main. Merci à toi et passe une bonne journée.

Max : Merci à toi et salut !



DIRTY SHIRT News : Vidéo "Hot For Summer"
THE FLYING BRICKS News : Teaser vidéo "Sleepy Holl...

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mardi 27 septembre 2022

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://mad-breizh.com/