Les Ramoneurs de Menhirs, Pipes and Pints, et Sons of O'Flaherty : La Celtic Punk party met le feu au CCO de Villeurbanne!

20191119_20315_20191122-155247_1

​ Mediatone a tapé dans le mille en s'associant avec Rage tour, pour organiser ce mardi 19 novembre un concert explosif au CCO de Villeurbanne. Beaucoup de monde, une ambiance festive, fédératrice, des purs moments de folie. Retour sur cette soirée Celticpunk absolument mémorable.


Commençons par Sons of O'Flaherty



Très bonne surprise! Pourtant, rude tâche impartie aux Sons of O'Flaherty que celle de faire une première partie, un soir de semaine, à 19h30, pour chauffer le public alors que la salle n'est pas encore remplie. Aaaah! Le fameux quart d'heure lyonnais! Dommage pour les retardataires...Vous avez loupé quelque chose...

Déjà, le décor est planté. Un comptoir sur scène où figurent quelques jugs à whisky. Ambiance pub irlandais. 

Avec un savant mélange d'énergie, de mélodies traditionnelles irlandaises, de Bluegrass et un petit coté streetpunk dans l'âme, les Sons of O'Flaherty nous ont concocté ce soir, un punkfolk jubilatoire  et une prestation scénique joyeuse. Le groupe s'amuse sur scène, et côté salle, ça fonctionne très bien. On est pris d'une sérieuse envie de faire la fête, de boire des pintes de bières et de chanter à tue-tête, Les morceaux s’enchaînent parfaitement, alternant une dizaine de compos et quelques reprises. Violon, banjo, mandoline, les instruments sont bien maîtrisés et le chant impeccable.

Parmi la setlist jouée par le groupe, on retiendra particulièrement leur compo "Red wine teeth" à vous tordre les tripes et la reprise de « The Wild Rover » popularisé par The Pogues. Vojta Kalina, le piper des Pipes and Pints s'est d'ailleurs invité sur scène à cette occasion pour reprendre le fameux refrain pendant que les Sons Of O'Flaherty ouvraient des bières à partager avec le public.

Et non seulement, ils assurent musicalement, mais humainement, ils sont top ! Thomas (basse et choeurs) et Maël (banjo, mandoline, choeurs...) ont accepté de présenter le groupe pour Mad Breizh :

Le groupe est né en 2010 de la rencontre de Maël et de Thibaud à Vannes sur les bancs d'un pub, le O' Flaherty. Les patrons cherchaient un groupe pour jouer et c'est comme ça, en tant que duo que le groupe a démarré. Au grée des rencontres, le groupe s'est étoffé et le style folkpunk s'est naturellement imposé. Thomas et Maël insistent sur le fait que le groupe  Sons of O'Flaherty n'est surtout pas un groupe régionaliste (au sens politique du terme.) De concerts en concerts, ils se bâtissent une solide réputation qui les conduira à se produire un peu partout en France et en Europe et leur permettra de s'embarquer ici avec Les Ramoneurs de Menhirs grâce aux tourneurs de Rage Tour.

En janvier prochain, ils entreront en studio et espèrent sortir un nouvel EP au printemps.

Pour conclure,  petit message aux lecteurs de MadBreizh :

« Merci aux gens qui nous écoutent et qui viennent nous voir. N'hésitez pas à monter des groupes ! Jouez ! La vie passe super vite ! Allez en concert ! Soutenez les petits groupes et restez ouverts sur le monde! »

Merci à vous les gars ! On reviendra vous voir avec plaisir !


Et on enchaîne avec  Pipes and Pints.

Le public les attendait sur leur prestation scénique et les 5 musiciens de Pipes and Pints ne l'ont certainement pas déçu. Faut dire que question scène, "ça envoie du lourd!". Côté musique, c'est simple et efficace. On ne va pas chercher dans la subtilité, mais après tout, c'est pas franchement ce qu'on attend d'un tel groupe. C'est généreux, blindé d'énergie positive et  Vojta Kalina avec sa cornemuse continue à apporter THE touche  celtique  au rock'n'roll sauvage du groupe Tchèque.

Le groupe commence avec Her life and Thoughts. Travis O'Neill le chanteur, est déjà  "bien énervé" sur le devant de la scène, et la foule commence déjà à bouger . Puis s’enchaînent Rebel in my veins, extrait de l'opus The second chapter et enfin, le fameux Raise our flag, (Hou! Ha !). Le public chante à tue tête, les slams s’enchaînent. C'est gagné pour  Pipes and Pints:1 heure de Show bien huilé, et un public conquis. A cela, rajoutez un petit message explicite sur la grosse caisse du batteur, « for the animals, for the planet, for the people » avec juste en dessous un drapeau de la Sea Shepherd. D'ailleurs, Travis O'Neill ne manquera pas de faire un rappel sur les valeurs du groupe et de rajouter un petit laïus sur le respect à l'égard des femmes, avant d'entamer Diamonds and Dreams. Never let you down, fera l'objet d'un super échange avec le public et transportera littéralement la foule. Enfin le groupe finira en apothéose avec Millions times more, 

 Vojta et Travis  ont accepté de répondre à  quelques questions pour Mad Breizh:

Le groupe avait déjà fait une tournée en France en 2010. Travis a intégré le groupe il y a 2 ans, et la sortie de leur nouvel album The Second Chapter marque une sorte de renaissance pour le groupe. La tournée européenne a débuté fin septembre et se prolongera jusqu'en Mars avec 11 dates en France. Les influences musicales sont très variées (celtiques évidemment, punk (et en particulier Fugazzi pour Travis), hardcore, hip hop...en passant par Johnny Cash). Au delà de la musique, le message revendicatif est très important pour le groupe. Travis affirme que c'est d'ailleurs pour ça qu'il joue.

Et pour la petite info, au cas où vous vous poseriez la question, c'est bien un sosie de Lemmy sur la vidéo de Raise our Flag !

Allez,  les crêtes Bretonnes démarrent leur show d'un moment à l'autre et il est temps de rejoindre la fosse.


La salle est pleine à craquer et les Ramoneurs de Menhirs débarquent sur scène. Le public, déjà sur le pont, est chauffé à bloc dès le premier morceau Dir Ha Tan. Et c'est parti pour 2 heures de Fest noz déjantées à la sauce Punk. Dans Gwadek, Menez Daou, Vel an tour-tan... La bombarde d'Eric, et le biniou de Richard sonnent comme jamais sous le feu de la guitare saturée de Loran et de la boite à rythme survoltée. Gwen chante ses gavottes, imperturbable devant les slams qui n'en finissent pas de s'enchaîner. 

Loran en appelle à " l'union de la Bretagne et de La Croix Rousse "avant d'entamer « Fuck the System » . Le public est déchaîné. Sur Marijanig tout le monde reprend le refrain « Roulons-la lanrida, roulons-la la ganja" S'ensuivent diverses reprises comme «Sucks» de Crass,  "If the Kids are united" de Sham69 , "Vive le feu" des Béru. Loran est à donf, la température n'en finit pas de grimper et le public est en transe. 

Evidemment, comme à chaque bon concert, comme l'aime à rappeler Loran, une corde casse! C'est l'occasion rêvée pour le public de prendre le pouvoir (hou les insoumis!) en improvisant  "la jeunesse emmerde le front national". Du coup Les Ramoneurs embrayent sur "Porcherie" , suivi du chant des partisans. Le concert finira sur la blanche hermine et une petite surprise puisque, Laurent, le chanteur des Mass Murderers rejoindra la scène pour une épique reprise de The Adicts « Viva La Revolution »Allez rien de neuf sous les tropiques bretonnes, Les Ramoneurs sont toujours vaillants, et continuent de  cultiver  l'insoumission et l'esprit libertaire, On se régale pendant 2 heures, et c'est bien tout ce qu'on demande

.En tous les cas, super soirée. On en a prit plein les esgourdes, plein les mirettes, et à voir, les sourires "des petits agités" de la salle en sortant, cette soirée restera dans les annales du CCO de Villeurbanne. 





Evanescence fait son grand retour
JEAN-MICHEL JARRE : Bientôt au Hellfest ?

Sur le même sujet:

Image
Mad Breizh Webzine est géré par l'association MadBreizh. Pour tout contact avec La production et l'organisations d'événements contacter mbproduction (@) madbreizh.com. Pour toutes demandes spécifiques au webzine contacter editorial(@) madbreizh.com et pour toutes demandes de chrnoniques, news ou autres utilser les formulaires de contacts aussi. Merci
Mad Breizh webzine est une organisation Mad Breizh Prod association. Certains contenues ont des droits d'auteurs. (c) Mad Breizh 2020 - Since 2015
Plan du site - Conditions Général d'utilisation