Menu

Interview Tritt et Dave (Sorcières / Cave Growl)

Moi : Ok, on est avec Tritt et Dave de Cave Growl et Sorcières. Première question, les gars, et pour moi, c’est la plus importante ; Comment vous allez ?

Tritt : Ca va bien

Dave : Pareil, ouais. Avec le concert d’il y a deux semaines, on est bien. 

M : Oui, vous avez fait un concert y’a deux semaines un concert au Black Lab de Wasquehal. Comment ça s’est passé pour vous ?

T : J’essaie de me remettre dedans… On est quasiment tout le temps en ouverture car on s’est reformé y’a pas longtemps. Faut qu’on refasse notre réput’. C’est tellement galère, de trouver des concerts, en général. Donc, on est souvent en mode incruste. Mais en soit, on a pas de problème avec ce statut de première partie. D’ailleurs, je l’ai vu dans ton report, merci à toi, tu parles à aucun moment de la musique mais, justement, du spectacle. Et ça, c’est le but. Concert qui s’est passé avec des problèmes techniques pour un peu tout le monde. Parce qu’on a beaucoup d’éléments sans fil, qui marchent avec une fréquence radio, donc y’a souvent des interférences. Comme avec les téléphones et les enceintes. Donc des problèmes surtout pour nos deux guitaristes, qui ne sont pas là. Ça gâche un peu le plaisir… Quand tu t’entends pas bien, tu sais pas si tu joues bien… Mais à part ça, y’avait vraiment une bonne ambiance. On aurait voulu qu’il y ait plus de gens, mais quand on voit ce que l’on peut faire avec le peu de gens qui assistent à nos shows, on se dit « Qu’est ce que ça donnerait avec + ? »

D : Super ambiance, je trouve. Super public, aussi. La seule difficulté personnelle pour moi, c’était de ne pas me mettre carpate entre les deux sets (Rires). Mais ouais, des problèmes techniques au début du set de Sorcières, avec le sample qui ne s’est pas arrêté, qui a continué à tourner pendant le premier morceau. 

T : Ouais, mais à part ça, rien à dire. En plus, c’est une belle salle. On a nos marques, là bas. En général, j’essaie de faire en sorte qu’on ne joue pas ensemble, avec nos deux groupes. Mais du coup, ça demande un effort physique de faire deux sets, au chant et à la batterie pour moi. A la guitare, c’est un peu moins épuisant, car c’est plus facile d’être en retraite. Mais quand t’es au chant et au drums, ce sont deux postes très épuisants. Et j’ai pas envie d’amoindrir un spectacle par rapport à l’autre. Mais là, c’était vraiment une belle opportunité, avec Toterfish, Mormieben,… On avait vraiment envie d’être sur cette affiche. On s’est dit « Vu que c’est à la maison, on tente ! »

D : D’autant qu’on a déjà joué plusieurs fois ensemble, que ça soit avec Mormieben ou Toterfish, même Infinityum

M : Vous avez d’autres dates de prévues ?

T : On avait des dates prévues en Avril, mais notre violoniste va avoir un enfant, donc on a dû tout annuler. Donc, pas vraiment

D : Peut-être en Décembre, avec Sorcières, mais pas avec Cave Growl. On joue en Belgique, à Bruges, avec Sorcières. C’est tout pour l’instant. 

M : On est à Lille, donc dans le Nord de la France. Y’a pas mal d’évènements musicaux prochainement. Y’en a certains qui vous intéressent ?

T : Ouais, y’a Combichrist, la semaine prochaine au Black Lab. Mais le Tyrant Fest, vu que c’est full Black Metal, c’est pas trop ma came. Surtout parce qu’on peut pas faire de pogo ! (Rires) De toute façon, vu que je suis « vieux », je fais de moins en moins de concerts. Je préfère favoriser les concerts où on joue. Ça nous permet de rencontrer des groupes sympas, comme Groza. Une super découverte. Des mecs adorables, très agréable, ils ont prêtés tout leur matos, leur show était génial… Foncez écouter Groza !

D : Niveau concert Black Metal, j’suis un peu à la traîne, ces derniers temps… Mais c’est toujours sympa de sortir dans ce genre de concert, histoire de découvrir de nouveaux groupes. Après tout, le style de Sorcières est un peu ancré dans le Black. C’est assez logique, quelque part. 

M : Quels sont les groupes qui vous ont inspirés ?

T : Pour Sorcières, on va pas se prononcer, car c’est Thibault qui a fondé le groupe. Donc on ne sait pas trop qui sont les groupes qui l’ont influencé.

D : Même si son groupe préféré, c’est Bathory. Bien qu’il n’en écoute plus trop aujourd’hui. 

T : Ouais, il est surtout influencé par les pays de l’Est. Tout ce qui est mélodie au violon. En général, ça va partir d’une mélodie comme ça, et nous, on va broder autour. Pour Cave Growl, j’ai surtout commencé avec Finntroll. Je devais avoir 16 ans quand j’ai découvert ce groupe. Ils venaient d’arriver en France, et mon but, c’était de reproduire ça. Le Folk Metal est vraiment arrivé en France avec eux. Avant j’écoutais du Rob Zombie, du Children of Bodom, du Soilwork,… je connaissais pas ce concept, de Folk Metal. Au début, on en rigolait. Puis à force d’en rire, on a fini par se dire que c’était vraiment pas mal. A tel point que, à force de mettre ça en soirée, on est devenu accro. Et je voulais vraiment faire un plagiat de Finntroll. J’allais chercher des tablatures, je copiais-collais les parties de batteries… Je me disais que j’avais déjà une base avec ça, je comprends rien, mais je vais y arriver. Et après des années, j’ai commencé à faire mes propres trucs. Puis y’a Eluveitie qui a débarqué, avec Ensiferum… C’était vraiment l’époque d’or du Pagan/Folk. Et ça m’a inspiré de fou, donc on a recruté un violoniste, puis on a commencé à chercher des trucs un peu plus traditionnels. Et c’est là que je me suis intéressé à la cornemuse, à tous ces instruments autres que la guitare. Ça nous a vraiment permis de trouver une personnalité autre que copier Finntroll. Ça m’a donné un spectre de composition vraiment large. Mais toujours faire un truc dans la veine de Eluveitie et tout. J’aime beaucoup ce côté orchestre. Quand je les ai vus sur scène, je me suis dit « Mais wahou, y’a vraiment un truc ! ». A la base, la vielle à roue, je ne savais même pas ce que c’était. A l’époque, avec mon pote, on se disait « Mais on dirait un truc pour sécher la salade » (Rires). Alors qu’en fait, ça a un son incroyable. Ca permet de tirer son épingle du jeu, un peu

D : Moi, niveau Folk, avant de rejoindre Cave Growl et Sorcières, j’étais pas forcément à fond dedans. J’aimais quelques groupes mais vraiment vite fait. Comme Eluveitie, Finntroll aussi. C’est après, que j’ai vraiment commencé à m’y intéresser. Je préfère rester sur mes influences Metal qui sont très variées. Ça peut aller du Thrash au Death, en passant par le Heavy, le Hard Rock… Le Punk aussi. Mais niveau Folk, y’a les roumains de Dirty Shirt, que j’aime beaucoup, pour qui on a déjà ouvert, d’ailleurs. Y’a Cruachan, aussi

M : Tu connais le groupe Arkona ?

D: Oui ! Excellent groupe ! Panopticon, aussi, du côté américain. Avec un délire très Hill Billy, très forestier… Y’a aussi Sepultura qui aimait bien incorporer des influences un peu folk américaines.. 

M : Et les groupes qui vous ont fait rentrer dans le monde du Metal à proprement parler ?

T : Moi, Rob Zombie. A la base, j’adore la bonne vieille techno. Quand le film Matrix est sorti, qui soit dit en passant, est un des derniers meilleurs films au monde, avec sa bande son… Mais whaou ! T’avais du Marylin Manson, du Rammstein, du Prodigy,… Du solide, quoi ! J’ai écouté la BO en boucle. Donc j’ai commencé avec ça. Puis après, Slipknot. Quand Iowa est sorti, c’était ce qu’il y avait de plus extrême sur le marché. On était au collège, et notre but était d’écouter ce qu’il y avait le plus extrême possible. Tu vois, les parias de la classe, ceux qui sont au fond de la salle, à côté du radiateur. Y’avait System of a Down, aussi. Puis après, j’me suis mis à écouter du Metal plus mélodique, comme In Flames, Soilwork, Dark Tranquillity, … 

M : Vous avez fait pas mal de scène. Y’en a une qui vous a marqué particulièrement ?

T : Évidemment, le Motocultor, l’an dernier. C’est le truc le plus FAT, qu’on ait fait. Niveau scène, je me suis posé une obligation, avant de crever, c’est de jouer sur la scène principale du Wacken. Je veux accomplir ça ! C’est mon but depuis que j’ai 16 piges. Y’a le Cernunnos, qui m’a marqué mais en mal. C’est comme une usine, ça va trop vite, en fait. On devait faire avec le retard des groupes précédents. Et voilà, avec ça, on a dû supprimer des morceaux de notre setlist, on n’a pas vraiment profité. Concernant Cave Growl, notre meilleur souvenir, c’était avec les Ramoneurs de Menhir. Très bonne date ! Une opportunité de dingue pour nous. C’était Sold Out dans le trou du cul de la Bretagne ! Y’avait rien ! Y’avait plus de gens dans le cimetière que dans la ville ! 

D : Y’en a trop, en vrai… P’t’être notre date à Bruxelles avec Toterfish et Infinityum. Très bon accueil, très bonne soirée,…

M : Messieurs, un p’tit mot pour la fin ?

T: Faites nous jouer !

Agenda MadBreizh

WARM-UP DRAKKFEST CARQUEFOU (44) le 10 juin 2023 – Avec Akiavel et Praetorian

Nous suivre

Derniers articles