Menu

Djiin – Mirrors

Après leur excellent album Meandering Soul sorti en 2021, les Rennais de Djiin sont revenus avec un nouvel EP sorti le 3 Mai dernier.

Etant un gros fan de ce quatuor (que j’ai découvert d’ailleurs avec le dernier album), vous vous doutiez que je ne résisterais pas à leur nouveau « bébé ». C’est un véritable voyage pour l’ouïe. Comme à leur habitude, j’ai envie de dire, mais là, c’est un tout autre niveau.

Tout d’abord, le quartet, pour nous faire patienter, a sorti le single « Blind ». Et ce fut une excellente idée. Car, à travers cette seule musique, on comprend directement où les musiciens vont nous emmener. « Blind » commence par un tempo lent, pesant, qui amène une ambiance que je qualifierais d’assez malsaine. On arrive à sentir, avec cette dernière, qu’un gros truc approche. Et bien ça n’a pas loupé. Plus la chanson, plus les coups de baguettes sont puissants, plus les riffs sont appuyés et plus la voix de Chloé se fait aiguë et élevée. Avant que tout le monde se « lâche ».

Ca n’est pas un rythme rapide, comme on pourrait le croire chez d’autres groupes, mais c’est un rythme appuyé à l’extrême. Ce que je veux dire par là, c’est que le tempo est toujours aussi lent, mais on sent bien, rien qu’à travers le casque, que les zikos balancent toutes leurs tripes dans ce passage. Avant que se passe l’inverse : L’ambiance se calme… Avant que ça reparte, mais cette fois, dans un rythme effréné ! Qu’est ce que j’adore ce moment !

J’ai dis plus haut que les zikos se lâchaient sur le précédent passage en termes de brutalité dans leurs notes , mais là c’est également le rythme qui en prend un coup. Avec en prime, Chloé qui nous sort un cri de chouette des plus dingues à entendre. La perf’ vocale incroyable! Rien qu’avec ce single, j’étais hyppé

Passons maintenant à l’EP en lui-même. Il s’ouvre avec « Fish », qui est, au passage, ma préférée. J’aime tout dans cette track : le style bien Stoner du début qui alterne avec des passages psychés qui me rappelle parfaitement la bande. Un super morceau pour démarrer. La seconde est la musique éponyme de l’ouvrage (« Mirrors » pour les 3 dans le fond qui suivent pas). Intéressante à plusieurs niveaux, celle-là. Déjà, elle démarre sur la batterie. Un rythme simple, mais qui te donne tout de même envie de taper du pied. Puis viennent les cordes qui te lancent des riffs… hypnotisant, on peut le dire. J’arrivais à m’imaginer un kaléidoscope juste devant moi. Puis on repasse à un style plus posé, plus calme, des plus agréables. Et c’est à mi-chemin de la fin du titre qu’arrive le « truc » qui m’a le plus marqué dans cet opus : Le changement de style. On passe donc d’un moment calme à une montée en puissance des instruments et de la voix, avant que ces derniers ne se stabilisent.

C’est un niveau personnel, mais je pense que c’est pour ça que cet EP et ce morceau se nomment Mirrors : On s’y perd. Ce n’est qu’un ressenti personnel, mais si ce que les musiciens ont voulu faire comprendre, j’adore. Mais ça n’est pas le cas que pour ce morceau : toutes les autres sont dans le même esprit. On alterne des passages apaisants avec des passages plus agressifs, une batterie au tempo lent à un tempo frénétique, une voix posée à des hurlements des plus stridents. Et le mieux pour le faire comprendre, c’est la chanson qui clôture Mirrors : « Iron Monsters ». 13 minutes ou le quatuor nous offre une palette d’influences, de style, d’univers différent. J’ai presque envie de qualifier Djiin de Stoner Psychédélique Progressif après ça tant je ne savais plus où donner de la tête.

Mais tout cela montre le talent des 4 musiciens. A chaque nouvelle sortie qu’ils nous font, c’est un tout nouveau voyage qui nous est offert. Je me souviens parfaitement que dans Meandering Souls, j’avais été littéralement transporté par « The Void » et « Waxdoll » qui sont quand même bien différentes, musicalement parlant. Et c’est que j’apprécie énormément chez eux : Jamais ils ne te sortent la même chose. Et même en un album, ils te le prouvent. J’ai une profonde admiration envers Djiin (La preuve : A chaque fois qu’ils passent près de chez moi, je vais les voir… ce qui doit leur paraître flippant, un p’tit peu). Si jamais Chloé, Allan, Lalie et Tom me lisent : Je tiens énormément à vous remercier pour votre son ! Au plaisir de vous revoir dans le Nord !

Agenda MadBreizh

WARM-UP DRAKKFEST CARQUEFOU (44) le 10 juin 2023 – Avec Akiavel et Praetorian

Nous suivre

Derniers articles